LesArtsA

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le CCF (Contrôle en Cours de Formation) d'arts appliqués

Pour commencer, les arts appliqués sont une matière obligatoire et coefficient un au baccalauréat. L'évaluation se fait en CCF et se déroule en trois temps répartis sur les classes de première et de terminale.
C'est une expérience de travail sur un temps long, il faut donc s'organiser pour bien gérer ce temps.
Il vous est demandé de concevoir (le fond) et de présenter (la forme) un projet personnel d'arts appliqués.
Prenons les choses dans l'ordre et examinons la demande mot par mot :

Qu'est ce qu'un projet?
Que j'ai à préparer un projet d'animation dans une structure (ASSP), un projet technique de réalisation d'un prototype et contrôle qualité (épreuve U33 MMV), une action à l'intérieur du pôle projet (GA), un projet personnel (même un projet de vacances), le point commun est le mot projet. Dans tous les cas le déroulement du travail est le même, je dois choisir mon thème de travail et ce que je veux réaliser à partir de ce thème, mes objectifs.
Je dois déterminer mes objectifs pour connaître mes besoins et trouver les ressources ainsi que les compétences dont j'ai besoin.
Un projet est donc une construction. En partant d'un thème, d'une idée, un point de départ, vous devez, au final, à l'arrivé, proposer, pour notre matière, des productions d'arts appliqués. Il ne reste qu'à tisser des liens entre les points de départ et d'arrivé et votre professeur est là pour vous y aider. Il est impératif (obligatoire) d'utiliser les compétences de votre enseignant. Vous amenez les idées, les envies et votre prof. vous apporte les savoirs faire de construction et de mise en forme qui vous manquent. C'est dans l'échange que va se construire le projet.

Pourquoi personnel?
Vous choisissez le thème de départ et ce sont vos idées, vos questionnements personnels qui vont être à la base de votre travail. Votre prof. est là pour vous aider à structurer votre pensée et à organiser votre travail.

D'arts appliqués?
La matière de ce cours étant les arts appliqués, votre projet doit être d'envisager la création de productions d'arts appliqués: vêtements (imaginer une collection de vêtements) , objets (imaginer une collection d'objet), aménagement d'espace (imaginer des aménagements d'espaces : des boutiques, des entrées pour l'accueil) ou communication visuelle (imaginer le logo d'une entreprise ou d'une association ainsi que les déclinaisons qui vont avec, ou encore imaginer une série d'affiches).

Conseils pour bien démarrer :

Étape 1
Choisir un ou plusieurs thèmes de travail. Ce choix peut être déterminé par vos goûts, par vos connaissances, vos savoirs ou par vos questionnements, vos envies. Pensez à des choses que vous aimez.
Envisagez ce que vous aimeriez faire comme travail d'arts appliqués.
Soumettez vos thèmes à votre prof. qui pourra vous aider à les problématiser, c'est à dire à questionner le thème pour qu'il se transforme en produits d'arts appliqués.

Étape 2
Faites des recherches de documents (images, texte...) en relation avec votre thème. Ce sont ces documents qui seront la base de vos recherches graphiques.
Soumettez vos recherches à votre prof. qui vous aidera à organiser vos documents en fonction de votre projet et à les présenter pour la première partie du CCF en classe de première.

Étape 3
En vous inspirant de la documentation que vous avez sélectionnée et des analyses que vous en avez faites, construisez vos propositions personnelles. N’hésitez pas à demander de l'aide ou des conseils.

Étape 4
Quand les recherches graphiques (brouillons finalisés) sont faites et les sources d'inspiration réunies il est temps de penser à la présentation.

Un monde de codes

Nous évoluons dans un monde rempli de codes de toutes sortes. Pour beaucoup d'entre eux c'est écrit dessus et vous en avez déjà entendu parler.
Quelques exemples: le code de la route, le code du travail, le code pénal, le code civil, le code typographique, le code postal, le code-barres, le code génétique, le code général des impôts, le code vestimentaire, le code gestuel, le code de la langue, le code de signaux, le code informatique, le code de bonne conduite, le code pin de votre téléphone.
Beaucoup de ces codes font appel à l'expression visuelle: le code typographique permet de se repérer visuellement dans un texte (Lettres majuscules et minuscules, signes de ponctuation, les différents espaces...), le code de la route utilise des panneaux signalétiques codés, des repaires lumineux, des marquages au sol...), des codes vestimentaires sont en vigueur autant dans la société (les socio-styles) que dans le monde professionnel (différents uniformes...).
Il y a des codes que l'on choisit (socio-styles), d'autres que l'on subit (code pénal), mais on ne peut pas les ignorer car on vit avec

A travers les arts appliqués, le design, nous allons essayer de mieux comprendre comment tout cela se construit et comment ça fonctionne.

Bonnerentréeàtousetàtoutes

Au sujet des points...

...il faut voir le travail d'une artiste japonaise, Yayoi Kusama, obsédée par ça et les résultats de sa collaboration avec Marc Jacob pour Louis Vuitton, formidable!
(Cherchez Yayoi Kusama et Yayoi Kusama Vuitton puis images. Cherchez aussi Marc Jacobs Dots)

Logo

Comme j'aime bien les jeux de mots j'ai fait un lézard (les arts) qui a la forme d'un a.

Attention,

comprendre peut être la source d'un changement personnel.

Posez-vous les bonnes questions

« Qui suis-je, d'où viens-je, où vais-je, dans quel état j'erre ? »
(étagère, elle est bien bonne!)
Pierre Dac
Artiste comique français
1893-1975

Quoi que l'on fasse, on se pose des questions et c'est bien normal. Encore faut-il se poser les bonnes. Une bonne question c'est une question qui permet d'avancer, qui dévoile un chemin possible.

Pourquoi cette réflexion ?

Parce que certains élèves donnent l'impression de ne pas savoir ce qu'ils font là, ni quelles sont les raisons de leur présence, ni ce qu'ils peuvent en attendre, ni quels espoirs nourrir. Et par là même ils ne peuvent pas envisager les moyens à mettre en œuvre pour réussir leur passage par le lycée professionnel.

La bonne question du moment

Vous êtes sur une voie, un cycle de trois années, qui vous conduit vers un baccalauréat professionnel qui, lui-même, vous ouvrira un certain nombre de portes vers l'avenir (radieux) que vous choisirez. La bonne question à se poser est donc : comment faire pour avoir son baccalauréat ?
Ce que le lycée vous propose, c'est d'acquérir des compétences professionnelles . Elles sont au nombre de trois : des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être.

Compétences, mais qu'est ce donc?

Les savoirs sont la partie théorique de vos apprentissages. Les savoir-faire en sont la partie pratique, la prise en main des outils spécifiques propre à la formation que vous suivez. Les savoir-être sont ce qui concerne le vivre ensemble, travailler ensemble.



« Ma liberté s’arrête où commence celle d'autrui. »
Jean-Jacques Rousseau
Écrivain et philosophe
1712-1778

À quoi ça sert ?

Les savoirs servent à comprendre, les savoir-faire à pratiquer, les savoir-être à travailler ensemble. Si l'on vous demande de respecter un certain nombre de règles (savoir-être), aussi bien en classe que dans le reste de l'établissement (couloirs, cantines, espaces communs) c'est pour faciliter à chacun d'entre vous la compréhension et l'assimilation de ces connaissances (savoir et savoir-faire) qui vous seront nécessaires, autant pour l'obtention du baccalauréat que pour le démarrage de votre vie professionnelle.

C'est quoi un professionnel ?

C'est l'inverse d'un amateur, quelqu'un qui doit maîtriser ses savoirs pour en faire son métier, pour échanger ses savoirs contre rémunération. Ses responsabilités ne sont pas les mêmes car les conséquences de ses erreurs n'ont pas la même portée.

Comment faire ?

C'est un question d'organisation. L'organisation est un savoir-faire indispensable à l'acquisition des autres savoirs, elle n'est pas donnée, c'est en s'organisant que l'on apprend à s'organiser. Elle est indispensable dans toute pratique professionnelle pour l’efficacité, la productivité, la rentabilité d'une activité. Apprenez, avant tout, à vous organiser et à organiser votre travail. Imaginez un professionnel qui ne rendrait pas son travail, ou le rendrait en retard, ou mal fait, de mauvaise qualité, ou ne ferait que les travaux qui lui plaisent. C'est impensable.

Maintenant, l'apprentissage. C'est une relation entre vous et vos enseignants, comme une relation professionnelle avec un formateur. Pour qu'une relation existe il faut qu'elle soit voulue, désirée ou à tout le moins consentie par les deux parties; si quelqu'un vous tend la main et que vous ne la prenez-pas, le contact (la relation) ne pourra pas avoir lieu. Pour que cette relation soit productive, il faut que les enjeux soient bien compris et acceptés par tous.

« Si tu ne te poses pas les bonnes questions tu ne pourras trouver que des réponses erronées. »
Bouddha
Fondateur du bouddhisme
VIe-Ve siècle avant notre ère

ou Confucius
Lettré et philosophe chinois
561-479 avant J.-C.

ou Socrate
Philosophe grec
470-439 avant J.-C.

ou Averroès
Philosophe arabe
1126-1198

ou Tierno Bokar
Sage malien
1875-1939

ou Gilles Deleuze
Philosophe français
1925-1995

ou...